La reconversion? Osons!

Publié le par S.

La reconversion? Osons!

Le plus dur dans la vie, c'est souvent de se lancer. Beaucoup ne se privent pas pour oser. Aujourd'hui, mon téléphone fixe sonne: non, ce n'est pas le Pôle emploi qui cherche à prendre de mes nouvelles. C'est un Monsieur qui se présente comme l'Assistant d'une célèbre voyante. Quelle chance: mon numéro a été tiré au sort, je viens de gagner une consultation gratuite! Merci mais non merci. Qu'elles soient bonnes ou mauvaises, je préfère que les nouvelles arrivent seules plutôt qu'à travers une boule magique. Passons!

Que l'on soit chômeur ou salarié, nous sommes nombreux à cultiver un rêve de reconversion professionnelle: tenir un commerce, travailler avec les animaux, devenir son propre patron, devenir voyant, vivre de sa passion... Par peur du regard des autres, ou des difficultés financières, rares sont ceux qui osent se renseigner, et nous sommes encore moins nombreux à oser sauter le pas. Les principaux freins à cela:

- soi-même: changer radicalement d’activité altère forcément la confiance en soi. La prise de risques fait peur, et en repoussant les choses au lendemain, on finit par ne jamais s'en occuper!

- la réaction de vos futurs partenaires ou patrons: avec un C.V diamétralement opposé au nouvel objectif que vous vous êtes fixé, il vous sera difficile de faire preuve de crédibilité auprès de vos futurs employeurs. La passion et le dynamisme sont toutefois très contagieux, ce qui peut faire la différence en entretien, alors si c'est votre rêve, ne lâchez rien!

- absence de soutien psychologique et/ou financier: sans le soutien de ses proches, ou d'un Conseiller détenant le pouvoir de vous financer une formation, difficile d'avancer... Les Conseillers Pôle Emploi affirment d'ailleurs avec certitude qu'il ne faut pas se lancer dans ce genre d'idées lorsqu'on est au chômage. Et si vous êtes salarié, on vous dira que vous êtes inconscients et que par les temps qui courent, il vaut mieux garder un job où on se sent mal que d'essayer autre chose. Bref.

Mon humble avis est que si on a vraiment envie de quelque chose (de réalisable et légal hein) il faut essayer.

Afin de faire taire tous les clichés, je vous recommande la fabuleuse histoire de Camille, 28 ans-comme-moi, qui a quitté son boulot dans le web pour devenir...fromagère! C'est vraiment très bien écrit et très inspirant...

Et vous, quel métier vous plairait-il d'exercer? :)

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article