Bienvenue sur le blog du chômage pour tous!

Publié le par Moi, Chômeuse de la République

Bienvenue sur le blog du chômage pour tous!

L'expression fédératrice "pour tous" a été reprise à tour de bras dans les médias et les manifestations en 2013. Souvent à tort ou à raison, mais trop rarement pour ce fléau qu'est le chômage, puisqu'il concerne près de 5 millions de concitoyens, toujours plus nombreux chaque jour. "Chômage pour tous" signifie donc qu'il nous concerne tous de près ou de loin. Ceux qui le vivent s'y reconnaîtront forcément, ceux qui s'y intéressent en sauront peut être un peu plus sur la réalité vue de l'intérieur.

J'ai souhaité publier un blog afin de partager mon expérience en la matière, celle d'une chômeuse Bac+5 longue durée, malgré 5 années d'expérience professionnelle... J'ai depuis toujours le sentiment que notre société est injuste à de nombreux points de vue, alors si parler du chômage devenait évident au regard de ma situation, je ne pourrais pas me contenter longtemps de ne parler que de ça. C'est alors que la devise du blog est née: liberté égalité chômagité!

A l'instar du mariage pour tous, le chômage est donc un sujet qui fait débat. À ceci près que le mariage pour tous est de l'ordre de la justice et des libertés individuelles, tandis que le chômage lui, est une injustice, qui prive les personnes actives de liberté!

Le chômage est en effet un handicap de taille dans la vie quotidienne, à tous les niveaux: mésestime de soi, difficultés financières, isolement social, impossibilité d'obtenir un prêt, précarité familiale, problèmes de santé liés à l'anxiété, etc. Si en plus d'être chômeur vous êtes noir, issu de banlieue "sensible", handicapé, gay ou en âge de procréer ou même tout cela à la fois alors accrochez-vous!

Que ce soit ceux qui le vivent, ceux qui le subissent, ceux qui pensent que les chômeurs sont fainéants, ceux qui accusent les gouvernements successifs, ceux qui agissent pour le combattre... Tout le monde s'accorde à dire que le chômage est une réelle plaie pour la société. Pourtant la foule ne manifeste que lorsque les dés sont jetés, en désespoir de cause, dans le cas d'une fermeture d'usine, ou de promulgation d'une nouvelle taxe. C'est bien, et nécessaire, mais loin d'être suffisant!

La précarité a 5 millions, c'est une pression supplémentaire sur les épaules des salariés à qui l'on mentionne de plus en plus que "personne n'est irremplaçable" ou à qui on suggère de "s'estimer heureux car des millions d'autres voudraient votre place" etc etc.

Mon histoire est semblable à celle de tant d'autres et quelle que soit notre position face à ce sujet, nous avons tous une opinion à défendre et à partager, alors exprimons-la!

Pour les chômeurs, pouvoir en parler, c'est déjà une manière de remédier à l'un de ses aspects les plus sournois: l'isolement.

Moi, Chômeuse de la République

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article